Rechercher
  • Andrea Iacovella

Andrea IACOVELLA Candidat de La République en Marche pour l’élection municipale à Roanne

Roanne, le 11 juillet 2019


J’ai reçu l’investiture de La République en Marche pour être candidat à la mairie de Roanne. La liste que je conduirai portera le renouveau de la ville, de son territoire et de tous les roannais.


Présentation

Depuis vingt ans je vis dans l’arrondissement de Roanne, à Sainte Colombe-sur-Gand, dont j’ai été le maire de 2008 à 2012 au moment de l’aménagement de l’autoroute A89.


Âgé de 14 ans, après avoir vécu mon enfance en Italie, je rejoins mon père à Vénissieux, où il est ouvrier dans la métallurgie depuis les années 50. J’apprends la langue française dans l’école de la République, avec le soutien de mon instituteur, qui m’encourage à poursuivre mes études.


J'ai exercé le métier d'ingénieur en informatique, depuis l'obtention de mon diplôme en 1975, jusqu’à mon départ à la retraite en 2018. Cela m'a permis d'acquérir une solide expérience de l'entreprise, de la recherche et de l'innovation technologique. Au milieu des années 80, j'ai complété ma formation initiale par une formation doctorale en Sciences Humaines, tout en poursuivant mes activités professionnelles.


En 1994, fort de l’expérience du monde économique, j'ai intégré l'Enseignement Supérieur comme ingénieur de recherche où mes compétences ont été mises à contribution dans de nombreux projets, locaux, nationaux et internationaux, pour rapprocher la formation, la recherche et les entreprises. Après un détachement au CNRS, j’ai terminé ma carrière professionnelle, comme directeur-adjoint d’une grande école d’ingénieurs en informatique à Évry de 2008 à 2018.


Dans mes fonctions d'homme public je préserve ma vie privée en faisant la distinction entre mon engagement politique au service du bien public et ma vie familiale. Je suis père de deux enfants. Avec mon épouse, je suis co-fondateur depuis 2007, d’une maison d’édition de littérature implantée à Sainte Colombe-sur-Gand. Mes autres passions sont les arts, la pratique régulière du vélo et le jardinage.


Valeurs et convictions de mon engagement

Pendant plus de trente ans je resterai un membre de la société civile, attentif aux questions politiques, sans jamais revendiquer un mandat d'élu. En 2007 je franchis le pas pour la première fois, nourri de mon expérience au service de l'État et du monde économique, comme suppléant à l’élection législative. De sensibilité sociale-démocrate, je m'inscris dans la lignée de Pierre Mendès France et Michel Rocard.


Mon parcours d'intégration dans la société française, m’a donné à découvrir une société à la fois authentiquement généreuse et à la fois marquée par de profondes inégalités sociales, économiques et culturelles. Au delà de toutes les nuances de discours qui s'imposent, je resterai toujours attaché à l'idée que ces inégalités n'ont rien de naturel mais qu'elles tiennent pour l'essentiel à la configuration du contexte social, économique, culturel, politique et environnemental.


Depuis quarante ans, la révolution scientifique et technologique et la reformulation des activités économiques et sociales par le numérique, sont à l’origine de profonds bouleversements de nos modes de vie, personnelle, familiale et de société. Au fil des années, et des difficultés rencontrées par les gouvernements successifs, j’ai acquis la conviction, que la situation appelle un dépassement du clivage des partis de droite et de gauche. Il s’agit de favoriser les compétences inscrites dans l’arc républicain, et de cesser de défaire systématiquement ce que l’adversaire politique a fait. L’urgence environnementale qui émerge dans l’espace public depuis quelques années, appelle des réponses tout à la fois au plus près de chacun, à l’échelle du pays et de la planète. Mon engagement au mouvement En Marche répond et prolonge mon souhait d’une démarche citoyenne et d’un profond renouvellement démocratique.


C’est pourquoi mes convictions tiennent à mon expérience : un profond attachement à la république française, à la lutte contre toutes les formes de discriminations, à la laïcité, à la valeur du travail, à la persévérance, à l’honnêteté et à la probité. Elles sont au cœur d’un vivre ensemble, dans le respect de l’autre et participent d’un Humanisme du 21ème siècle.


Le projet pour les Roannais

Le projet municipal sera élaboré avec les roannais, au fil de rencontres publiques, d’ateliers thématiques et d’échanges personnalisés, animés par des bénévoles, membres du comité électoral. Des services en ligne, ouverts 24h sur 24, permettront aux roannais de proposer leurs idées et leurs projets aux autres roannais en même temps qu’aux membres de la liste. L’ensemble de ces modalités participe d’une co-construction du projet municipal, qui vise à relever les attentes de renouveau en matière de démocratie de proximité et de gouvernance de la Ville et du Territoire. Initiées lors de la campagne électorale, ces pratiques seront enrichies et prolongées tout au long du mandat.


Roanne et le roannais sont profondément marqués par la désindustrialisation qui a débuté au milieu des années 70. Au cours des quarante dernières années, le territoire n’a jamais retrouvé le chemin d’une forme de développement. Si la baisse de la démographie semble avoir été enrayée au cours des dernières années, et l’emploi avoir retrouvé quelques couleurs, il s’agit d’effets à la marge après des années de crises qui laissent près d’un quart des ménages de la ville, vivre en dessous du seuil de pauvreté (Insee 2015). Sans le dire ouvertement, la ville s’installe progressivement dans la décroissance, avec comme horizon, de raboter une commune conçue pour 60 mille habitants, à l’échelle de 25 ou 30 mille habitants.


La question qui n’est pas posée pourtant : comment se fait-il que au cours de ces quarante dernières années, la ville n’a pas rebondi à l’apparition et au développement de l’économie de services à partir des années 75, de l’économie numérique à partir des années 85, de la mise en place des pôles de compétitivité au milieu des années 90, de la 4ème révolution industrielle et de la cinquième qui est en cours ?

Il n’y a pas de fatalité, il n’y a que des réponses inadaptées. Les nouvelles formes d’économie sont complexes et variées, parfois déroutantes aux yeux des décideurs, mais là où elles sont mises en œuvre, elles montrent leur efficacité. Il s’agit d’un levier indispensable pour l’avenir du Roannais, indispensable pour un mieux vivre ensemble.

Rassemblons-nous pour que les 30 prochaines années, tournent la page des 30 dernières.


La liste est ouverte à tous les citoyens et à toutes les sensibilités politiques, de droite à gauche, dans le respect des valeurs de la République Française. Elle ne fera pas l‘objet d’accord avec des partis politiques, afin d’assurer l’engagement de chacun tout au long du mandat.


Conformément aux engagements éthiques de l’élu progressiste :

- la liste paritaire fera une large place à la société civile ;

- j’appliquerai le désistement républicain au second tour, en cas de risque important de victoire du Rassemblement National ou d’une autre forme de formation politique non-républicaine.



Je m'engage à mettre mon expérience et mes compétences au service de la Ville de Roanne et de Roannais Agglomération.


Andrea Iacovella





Rejoignez-moi sur www.andreaiacovella.fr



Rectificatif : Le communiqué national des investitures du 10 juillet comporte deux erreurs :

- j’ai été présent sur la liste des élections municipales à Évry, en 2014, mais en position non éligible, comme représentant de la société civile, par conséquent, je n’ai pas exercé de mandat de conseiller municipal ;

- le mandat de président de la Scène Nationale de l’Essonne a été exécuté de 2012 à 2016.

387 vues0 commentaire